Beaux présents dorés, le K du X (titre provisoire)

Le 20, 21 et 22 octobre 2018 à 20h00 au Théâtre du Temps

Histoire dun joyeux désastre, dun voyage au milieu du labyrinthe des contraintes poétiques. Conférence  poétique  loufoque,  didactique  et  lyrique

 

Un rat peut il devenir une chauve souris? (Pour  quoi  faire  ?) L’intérêt d’un labyrinthe réside t’il dans le fait d’en sortir ou dans le parcours aveugle lui même? Icare, de ce point de vue, serait-il simplement un enfant insensé? Un personnage qui n’aurait rien compris aux joies de l’errance aveugle et du tâtonnement vélivole incertain? Un céleste idiot bien puni à juste titre d’avoir préféré le soleil ardant, l’apparence de la lumière, tout de suite, à la lente douceur de l’ombre? Ne pourrait on pas imaginer de trouver cette lumière ou cette liberté dans l’ obscurité la plus profonde d’ un dédale intérieur?

Notre alphabet nécessite t’il vraiment 26 lettres? 26 unités sonores sont elles nécessaire à dessiner le visage  de la langue commune,  pour,  ensemble, atteindre ses rivages ? Ne peut on pas imaginer un alphabet de 7, 12 ou 3 lettres? Le beau présent peut-il être une belle absente? Une belle absente peut elle devenir, au contraire, un beau présent, doré par un soleil arithmétique? un monde sans héritage et sans contraintes? Pourrait on imaginer un scénario où Kafka se retrouverait devant la porte de la Bibliothèque de Babel de Borges?

Tel sont les sujets de la petite conférence de Julien Marcland. 


Site internet de Julien Marcland


résidences de création: La Fonderie/Le théâtre du Radeau; La maison de la poésie de Normandie; Chateau de Drancy

Texte, jeu et mise en scène : Julien Marcland

scénographie: Jean-baptiste Manessier

production: Compagnie Belles Absentes

coproduction: antisthène

Contact production : gentiane@antisthene.com

Galerie Photos: résidence à la Fonderie/ le Théâtre du Radeau au Mans